dimanche 28 septembre 2008

Grand merci aux 11* électrons libres bas-rhinois !

* ERRATUM : en observant attentivement les résultats de Sélestat et de Haguenau, on s'aperçoit qu'il existe forcément un 12ème électron libre ! Douze au minimum, 22 au maximum (11 x 2).


Comme chacun sait (ou peut-être pas) les électrons libres sont des entités physiques strictement minoritaires, quasiment invisibles, à peine mesurables mais qui réussissent l'exploit de faire tenir ensemble la Matière, le Monde et l'Univers tout entier ... :o)

Ainsi par exemple, les électrons libres solidarisent deux à deux les atomes d'oxygène pour former un composant essentiel de notre air respirable : l'oxygène (en fait, dioxygène : O2).

Autre exemple, les électrons libres solidarisent un atome de chlore et un atome de sodium pour former le sel - le sel de table, le sel de mer (NaCl). Mais peut-être aussi, le sel de la terre et le sel de la vie, qui sait ?

Autre exemple, les électrons libres solidarisent deux atomes d'hydrogène et un atome d'oxygène pour former l'eau (H2O) sous sa forme liquide (la pluie, les rivières, les océans) et sous sa forme nébuleuse et vaporeuse -- les nuages de catégorie : moyens, bas, élevés ou verticaux, pour les spécialistes de la météo.

Espérons que sous leur forme liquide, les électrons libres du MoDem 67 pourront rendre flottables toutes sortes d'embarcations, parfois assez improbables, comme la récente Présidence collégiale du MoDem 67... :o)

De tout cœur, je souhaite bonne chance à l'embarcation d'Anne M, de Jean-Marcel B, de Cédric B, de Jacques B et de Danièle M. Je recommande à Jacques B. de ne pas trop chahuter et à Danièle M. de stabiliser l'embarcation, autant qu'elle peut. Bon courage à Anne M. et à ses deux copilotes...

L'avenir nous dira s'il s'agit de l'Arche de Noé ou d'un Radeau de la Méduse...

Merci donc aux 11 électrons libres du Mouvement démocrate du Bas-Rhin qui ont accordé leurs suffrages aux listes Rassemblement démocrate de Lucia D'Apote pour la Conférence nationale et pour la Présidence départementale -- et ce malgré l'iniquité profonde de la campagne électorale.

Les résultats communiqués ce soir par la commission électorale m'inquiètent. Le verrouillage des trois élections a bel et bien eu lieu. Qu'on en juge :

Pour Ambition démocrate :
- 67 suffrages pour la Présidence départementale
- 67 suffrages pour le Conseil départemental
- 66 suffrages pour le Conférence nationale

Pour Libres, Clairement démocrate :
- 199 suffrages pour la Présidence départementale
- 199 suffrages pour le Conseil départemental
- 197 suffrages pour le Conférence nationale

Pour Initiative démocrate :
- 95 suffrages pour la Présidence départementale
- 103 suffrages pour le Conseil départemental -- bravo Audrey !
- 96 suffrages pour la Conférence nationale

Pour Rassemblement démocrate :
- 11 électrons libres pour la Présidence départementale
- 11 électrons libres pour la Conférence nationale

Bulletins blancs – suffrages exprimés :
- 1 pour la Présidence départementale
- 4 pour le Conseil départemental
- 1 pour la Conférence nationale

Pourquoi organiser 3 élections si une seule suffit ?

Ces résultats dénotent deux choses :
  • La mainmise d'une équipe (LCD) via les contacts hérités de l'ancienne UDF et via les contacts exclusifs vers les nouveaux adhérents, dont les autres équipes n'avaient pas connaissance.
  • Le verrouillage des élections par les 3 équipes puisque, sur 378 votants (28% des inscrits) seuls 11 électrons libres se sont affranchis de l'autorité de leur « tête de liste »
Que fait-on de la séparation des pouvoirs et de la liberté de vote, garanties par la Charte des valeurs et par la Charte éthique du Mouvement démocrate ?

Je tiens à remercier les 11 électrons libres ayant
permis l'élection de Lucia D'Apote et de moi-même à la Conférence nationale.

Et special Thanks à Julie R, Thierry F, Alireza B, nos colistiers à la Présidence, sans lesquels cette candidature n'aurait pas pu être défendue.


vendredi 26 septembre 2008

Tenir la route.

Le rassemblement, c'est la clé. La collégialité, la méthode. Pour une Présidence collégiale qui puisse "tenir la route".

Dépasser nos affrontements stériles, nos erreurs de campagne -- petites ou grosses, nobody's perfect ! Dépasser nos antagonismes personnels et tant d'autres choses...

Notre seul espoir de réussite, c'est notre 'rassemblement'.

Rassemblement autour des valeurs humanistes que nous défendons tous ardemment, rassemblement autour de l'exigence démocratique sans laquelle rien ne sera jamais possible, rassemblement autour du projet européen que nous voulons pour le Monde, rassemblement autour d'un modèle de société équilibré et durable, que nous promettons à nos générations futures.

Car en dehors de ce rassemblement, nul espoir* de « tenir la route » et de trouver notre chemin*.

À Strasbourg et pour le Bas-Rhin, je participe aux listes de Lucia D'Apote pour la Présidence départementale et pour la Conférence nationale, sous la bannière 'Rassemblement démocrate'.

Le 27 septembre, venez voter !

* : « (...) le rassemblement suppose - je dis cela à la cantonade mais peut-être certains y reconnaîtront-ils un message pour eux - d'accepter la différence. Non pas de rechercher l'alignement, la dépendance ou la soumission, mais d'accepter la différence (...) »
François Bayrou, clôture de l'Université de rentrée du Mouvement démocrate, Cap Estérel, plage du Dramont, le 7 septembre 2008.

PS : bureaux de vote ouverts de 10 heures à 16 heures :
- à Strasbourg, au restaurant de La Bourse -- on a perdu les clés de la permanence !
- à Haguenau, au restaurant L’abattoir 35, route de Bitche
- à Saverne, au restaurant National 2, Grand Rue
- à Sélestat, au restaurant Au Pied de Boeuf, 17 rue du Président Poincaré

mercredi 24 septembre 2008

Parité ou discrimination sexiste ?

À moins d'une semaine des élections internes du Mouvement démocrate, un point rapide sur la notion de "parité"...

Nos statuts et notre règlement intérieur (provisoire) utilisent des mots différents pour garantir l'égalité des hommes et des femmes au sein de chacune des trois instances.

Les nuances sont bien nettes, petit rappel pour mémoire :
  • Pour la Conférence nationale, les statuts du MoDem - adoptés en Congrès - imposent le « respect de la règle de la parité » dans leur article 8-2.
  • Pour les Conseils départementaux, pas un mot dans nos statuts... C'est notre règlement intérieur - provisoire - qui impose dans son article 4-a, à toute liste de candidats d'être formée « alternativement d'un homme et d'une femme »
  • Pour les Présidences départementales enfin, aucune contrainte de parité n'est imposée, ni par les statuts, ni par le règlement intérieur. Bizarre, bizarre...
Mais que signifie le mot "parité" ?
Alternance homme-femme ? Non, pas vraiment...

Selon la révision constitutionnelle du 8 juillet 1999, « la loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives. »

Pour les élections générales (municipales, cantonales, régionales, législatives, présidentielles, européennes), le corps électoral est par définition composé à 50% d'hommes et à 50% de femmes. Dans ce cas, l'alternance homme-femme (50-50) garantit bien l'égal accès des hommes et des femmes aux mandats électoraux et aux fonctions électives.

Mais pour l'élection des instances du MoDem (Conseil départemental, Conférence nationale), le corps électoral n'est pas équilibré -- on compte 27 % de femmes et 73 % d'hommes chez les adhérents du MoDem dans le Bas-Rhin, par exemple.

Par conséquent, la stricte alternance homme-femme contribue à favoriser les femmes et à défavoriser les hommes dans leur accès aux mandats électoraux et aux fonctions électives, ce qui est contraire au principe de la parité.

Espérons que la prochaine Conférence nationale corrigera cette anomalie.

Si j'y suis élu - sur la liste Rassemblement démocrate -, je ne manquerai pas de souligner cette contradiction et proposerai un amendement à notre règlement intérieur provisoire pour y inscrire correctement le principe de "parité".

Cliquer ici pour lire les commentaires.

dimanche 21 septembre 2008

Last minute . ced 67 : ma candidature est validée !


À moins d'une semaine des élections internes du Mouvement démocrate, la Commission électorale du Bas-Rhin vient de valider ma candidature à la Conférence nationale, sur la liste Rassemblement démocrate de Lucia D'Apote (...). Tous les détails sont ici.

Je ranime donc aujourd'hui mon blog de campagne Exigence démocratique où vous retrouverez les documents de référence (professions de foi à la Conférence nationale et à la Présidence départementale) ainsi que mes commentaires au fil de la campagne, au jour le jour.

La publication des billets sans rapport direct avec la campagne interne sera maintenue ici. Le prochain billet aura pour thème :
« Parité ou discrimination sexiste ? »

Bonne campagne à tous. Et malgré toutes ces difficultés, j'espère qu'on se retrouvera le 27 septembre.

Amicalement,

Pierre

jeudi 18 septembre 2008

Quoi de neuf... du côté des livres ?

La Communauté urbaine de Strasbourg inaugure demain sa grande médiathèque André Malraux, projet phare de l'ancienne municipalité de Fabienne Keller et Robert Grossmann.


Pour l'occasion, France 3 Alsace consacre son émission Quoi de neuf... ? à l'avenir du livre et j'ai eu la chance de répondre aux questions de Lionel Augier à ce sujet.

Bon, j'aurais préféré le cadre prestigieux de la Bibliothèque humaniste de Sélestat, plutôt que le parc du Wacken, pour vous parler de cet objet bizarre qu'on appelle le 'livre électronique' :)

Et puis, j'aurais bien aimé glisser quelques mots sur l'évolution de la forme des livres* ou sur une conséquence inattendue** de l'invention de Gutenberg. Mais 2 minutes 30, c'est un peu court... La première prise (que j'avais pris pour un coup d'essai) a semblé satisfaire tout le monde, sauf moi :)
Alors désolé par avance pour toutes ces banalités.
Et rendez-vous samedi à 17h10 sur l'antenne de France 3 Alsace.

video

PS : après diffusion, l'émission sera archivée sur le site Quoi de neuf consacré à l'innovation en Alsace, dont je vous communiquerai l'URL ici.

* : la bibliothèque d'Alexandrie était pleine de... rouleaux qui n'en étaient pas moins des livres
** : la disparition de la couleur, jusqu'au milieu du XXème siècle : le livre manuscrit du Moyen-Âge était un livre haut en couleur.

mercredi 17 septembre 2008

Best of Cap Estérel (1)

Y'a pas photo...
C'est beaucoup mieux que les esbroufes de l'Orangerie...

Et la palme du discours le plus convenu est attribué à ...



Ben... au plus jeune de tous !J'en suis désolé, vraiment.

samedi 13 septembre 2008

Scoop au MoDem 67 !

Que tout cela reste entre nous : un professeur de la prestigieuse université Yale (université créée en 1701 aux États-Unis dans le Connecticut) est annoncé sur les listes de nos amis "Libres, Clairement D".

Jolyon Howorth -- c'est son nom -- est un éminent spécialiste de science politique et de géostratégie -- et on a bien besoin d'éminent(s) spécialiste(s) en géostratégie au cœur du « centrisme alsacien » :) Jolyon H. est par ailleurs chroniqueur au journal La Tribune en France et contributeur de l'honorable site Internet Télos. La biographie du colistier de nos amis "Libres, Clairement D" est même indexée en ligne, sur un site de référence de la Défense nationale... Que du lourd, on ne rigole pas !

Bravo à nos amis "Libres, Clairement D" d'avoir su dénicher, jusqu'au Connecticut, un tel poids lourd... Je veux bien croire que le fichier des adhérents du Bas-Rhin n'y est pour rien !

Jolyon Howorth est un type assez discret, en fait... Quand il s'exprime sur le blog de nos amis "Libres, Clairement D", il préfère signer d'un curieux pseudonyme : « Ludmilla Hug-Kalinkowa et Jean-Claude Petitdemange »...

(zoomer sur l'article ici)

Bizarre, non ? Quelqu'un aurait-il une explication ?

Pour lire les commentaires confortablement, cliquez ici.

mardi 9 septembre 2008

Drapeau orange sur la plage du Dramont

Le ciel était clair, le vent était fort, la mer agitée et superbe, sur la plage du Dramont, pour la clôture de l'université d'été du MoDem, dimanche après-midi.

Dès la fin du discours de François Bayrou, j'ai tourné les talons pour échapper au fracas de la nuée de photographes qui s'abattait sur la scène. Une sorte de refus de passer du statut de participant à celui de spectateur. Les journaux du lendemain seront pleins de ces clichés attendus : François, Marielle, Jean-Luc, Jacqueline, Jean... comme ils s'aiment ! Tiens, mais où est passé Corinne ?

Sorti du chapiteau et de son vacarme, je descendais vers la plage du Dramont, une plage historique du débarquement, en contrebas -- ou plage de l'Île d'Or, pour les tintinophiles -- le récif et la ruine au large auraient inspiré Hergé...

Sur la plage, le drapeau orange était levé. Faut dire que la fin du discours de Bayrou m'avait semblé plutôt hardie. François, avant de rassembler la future majorité présidentielle, faudrait d'abord penser à rassembler tes troupes... Et vu de mon poste d'observation, à Strasbourg (Bas-Rhin), c'est pas encore gagné !

Flashback rapide sur les moments forts de l'UE 2008, alors que s'apaisent les clameurs du chapiteau. Jean-François Kahn et son goût inné pour le déshabillage des idées. Droite, gauche ? Non ! Juste ou injuste ? Efficace ou pas efficace ? Ça va faire 20 ans qu'on entend sa petite musique mais je reste fasciné par son goût du paradoxe et par ses démonstrations, toujours plus incisives et convaincantes. Jean Peyrelevade déclarant sa flamme écolo-compatible à Jean-Luc Bennahmias. Ouf ! Corinne Lepage, pragmatique, pleine d'énergie et de bonne volonté mais pas au point de pousser les murs de la salle Sirocco, deux fois trop petite pour accueillir les petites mains de ses commissions.

Et puis, la soirée trop courte avec Fred Vargas au théâtre de verdure, le roman policier comme miroir de nos sociétés. Tu écris de vrai-de-vrais roman-romans, Fred. Me suis souvent demandé si les auteurs de polars n'étaient pas d'abord des journalistes, de véritables journalistes, pas des faiseurs d'audience... Et la spontanéité inattendue, la sincérité inouïe de Patrick Roger, journaliste au Monde, lors du débat avec Daniel Schneidermann sur les médias et la démocratie.

Le To be, or not to be de François... Mot d'ordre, sommation ? On en est là : les Européens doivent choisir entre exister ou pas. Trouver les mots justes pour dire les choses. Sacré défi, sacré programme, pour ces Européennes !

Voilà, l'Université de rentrée du MoDem s'achève et je n'aurai pas posté grand chose ici... Désolé, le seul cybercafé du 'village' était réservé aux élus ! À quand, enfin, l'abolition des privilèges ?

Au bout de la plage, juste au pied du sémaphore, il y a le Repaire des Pirates, en face de l'Île d'Or. Deux ou trois tablées de journalistes, caméras au pied, y préparaient leurs papiers, leurs sujets, entre une salade et un sandwich, en ligne avec leurs rédactions parisiennes. Curieusement, pas beaucoup de militants dans cet endroit superbe, fort agréable.

Vers 15 heures, les avions du retour s'annonçaient, le Repaire de Pirates se vidait. Retour au calme. J'en ai profité pour rédiger ce qu'on appelle une 'profession de foi' me semble-t-il. Dès mon retour à Strasbourg, elle sera mise au propre et téléchargeable ici.
.

À quoi sert l'université d'été du MEDEF ?

Je vous laisse mariner sur ces deux photos ;-) La suite du billet, bientôt. Promis !

En attendant, je vous laisse découvrir l'intégralité de la séance de clôture (120 minutes) et son invité surprise :
http://www.medef.tv/live/142

Non, ce n'est pas Mgr Barbarin, cardinal archevêque de Lyon, Primat des Gaules (!) qui était prévu au programme et dont le triomphe, entre nous, m'a mis un peu mal à l'aise...

L'invité surprise était une surprise, une vraie : un Béarnais dont la présence était sans rapport aucun, je suppose, avec la couleur orange du pull de la cheftaine des patrons, Laurence Parisot... Ou bien si ?

mercredi 3 septembre 2008

Des nouvelles de mon bac à sable ...

Des gens beaucoup plus sérieux que moi parlent d'élections internes du MoDem 67, ou de commission électorale départementale (CED 67 pour les intimes, une assemblée de couillus - alternance H/F non respectée - qui préfère parler de la pluie et du beau temps, plutôt que de prendre les décisions concrètes qu'on attend d'elle...) etc.

Moi, je vous parlerai plus clairement et sans ambition aucune, de mon bac à sable.

C'était dimanche, en début d'après-midi. Margot, ma presque meilleure copine du bac à sable, m'a envoyé une de ces pelletés de sable... plein les yeux ! Faut dire qu'elle l'a pas forcément fait exprès, Margot. Elle est un peu handicapée en ce moment (des séquelles d'un accident de natation synhronisée), alors je crois plus à une maladresse de sa part, qu'à un mauvais coup...

Bref. J'ai pleuré toute l'après-midi, mon sable plein mes yeux. Et puis y'a Lucille (avec deux 'l', pas comme dans la chanson de Jonasz), Lucille donc, une autre meilleure copine, qui est venue me réconforter pour arranger les choses...

Rien à faire, avec tout ce sable dans mes yeux, ça s'est terminé aux urgences ophtalmiques de la rue du Chevreuil, dimanche soir 31 août, vers 23 heures 45... Merci Lucille !

PS : il serait quand-même temps que ce MoDem 67 s'occupe un peu de sa 'parité', car ça me saoule d'y compter autant de copines, et si peu de copains.